Préparer son affaire pour la vendre

Il y a de ça plusieurs années maintenant, vous avez créé votre entreprise ou bien avez repris la gestion d’un commerce, et vous avez su porter votre projet pour en faire une réussite ! Il n’est donc pas question d’abandonner vos investissements personnels et financiers en fermant l’entreprise, mais plutôt de la céder à un repreneur qui pourra la pérenniser.

Pour mettre toutes vos chances de votre côté en ce qui concerne la vente de votre affaire, ACTIFS entreprises vous donnent quelques conseils sur la façon dont préparer cette étape importante dans la vie de votre entreprise.

Les diagnostics à réaliser pour préparer la cession de l’entreprise

Pour donner à la personne qui reprendra votre affaire, une vision globale de votre entreprise, vous devez prendre un peu de recul et effectuer une évaluation objective sur les composants fondamentaux de votre activité :

  • La situation commerciale :

Vous devez pouvoir présenter votre stratégie marketing et commerciale, le type de clientèle avec qui vous faite affaire ainsi que les canaux de distributions mis en place pour répondre aux besoins de vos clients. De même, l’acheteur potentiel voudra également connaitre les détails concernant l’achat de vos marchandises comme par exemple le nom de fournisseur, les conditions d’achat négociées, la gestion du stock … Enfin, il parait important de faire un point sur l’état du marché dans lequel évolue l’entreprise, et la concurrence à laquelle elle est confrontée.

  • La situation RH :

Selon l’activité dans laquelle vous exercez, vous êtes peut-être soutenu par une petite équipe de salariés. Il faudra donc présenter l’organisation des ressources humaines, c’est-à-dire le nombre de personnes travaillant pour l’entreprise mais aussi le type de contrat, l’affectation, l’ancienneté et la rémunération de chacun.

  • L’état du local et les équipements à disposition :

La personne qui reprendra votre entreprise accordera une grande importance aux locaux qu’elle aura à disposition pour poursuivre son activité. Vous devrez donc préciser si les locaux sont compris dans la vente de l’entreprise ou s’il s’agit d’un bail indépendant. Dans le 2ème cas, il vous faudra mettre à disposition toutes les informations concernant le bail commercial (type de bail, nom et coordonnées du bailleur, tarif du loyer, date d’échéance …).

Ensuite, il est courant d’établir une liste des différents équipements nécessaires à la bonne marche de l’entreprise en précisant s’il s’agit de biens achetés ou loués et s’ils auront besoin de maintenance ou de remplacement dans un futur proche.

  • La situation financière et fiscale

Sur un plan moins opérationnel, le futur acquéreur s’intéressera également aux parties chiffrées de votre entreprise et voudra donc avoir accès à des données financières telles que votre marge commerciale, votre EBE, BFR, valeur ajoutée … et cela sur plusieurs années. Il en est de même pour les documents comptables (bilans, comptes de résultat …) et fiscaux de l’entreprise (TVA, imposition, déclarations fiscales, et historique de contrôle fiscal éventuel …).

  • La situation administrative et le mode de gestion courante

Afin de faciliter l’arrivée aux commandes du nouvel acheteur, vous devez lui présenter la vie générale de l’entreprise et son organisation administrative comme par exemple la facturation des clients, l’édition des devis, bons de commande et autres documents commerciaux. La gestion comptable est également un point auquel s’intéressera le repreneur il voudra donc savoir si ce point est géré en interne ou confié à un cabinet extérieur. Sur le plan juridique, si vous avez pu déposer des brevets, marques ou autres labels, il sera également important de le préciser.

 

Mettre ses affaires en ordre

Maintenant que vous avez étudié votre entreprise sous tous ses angles, vous avez pu en faire ressortir ses forces et ses faiblesses. C’est donc le moment de mettre un peu plus en valeur les points positifs et de corriger les aspects moins attractifs pour l’acheteur :

  • Puisque c’est ce qui sautera directement aux yeux des acquéreurs, prenez un peu de temps pour faire du tri, ranger et redonner un coup de frais à vos locaux en réalisant quelques travaux.
  • D’un point de vue plus bureaucratique, mettez à jour et classez vos informations sur vos produits, vos bases de données clients et vos fichiers fournisseurs.
  • Enfin, essayez de régler les litiges passés que vous avez pu avoir avec d’anciens clients ou prestataires pour permettre à votre entreprise de repartir sur des bases saines.

 

Communiquer sur la cession de votre entreprise

Tout est prêt de votre côté, vous n’avez plus qu’à trouver la personne idéale pour prendre la suite de votre activité. Mais alors comment faire ?

Tout d’abord, rappelez-vous que vous êtes soumis à l’obligation d’information préalable de vos salariés lorsque vous souhaiter mettre votre entreprise en vente. Informez donc vos salariés de vos projets et laissez-leur une chance de faire perdurer votre entreprise en reprenant le flambeau.

Vous pouvez également communiquez extérieurement en vous rapprochant de concurrents susceptibles de racheter votre entreprise ou en confiant la cession de votre affaire à un cabinet comme ACTIFS entreprises pour une transaction sécurisée et en toute confidentialité.

 

Anticiper

Les transactions comme celles-ci ne sont pas simples et ne se font pas de la même manière qu’une vente immobilière. De nombreux critères entrent, en effet, en ligne de compte et la vente d’une entreprise demande de longs préparatifs et la recherche d’acquéreurs sérieux. Il faut donc anticiper cet étape au maximum afin de ne pas être pris à la gorge faute de temps. En règle générale, un projet de vente doit se préparer 2 ans à l’avance pour faire toutes les démarches sans précipitation et sans rogner sur le prix de vente de l’entreprise.